Non au pacte !

La revalorisation salariale annoncée par le gouvernement comprend deux mesures phares : le socle, partie inconditionnelle de la « revalorisation » et le pacte, conditionné à une augmentation des missions.

Le socle : ce n’est pas une revalorisation salariale, c’est l’augmentation de primes !

– augmentation de moins de 100€ de la prime ISAE (1er degré) et de la part fixe de l’ISOE (2nd degré). Pour rappel, ces primes n’avaient pas été réévaluées depuis leur création en … 1993 pour l’ISOE.

– augmentation de la prime d’attractivité jusqu’à l’échelon 7 selon les modalités suivantes :

 échelon 1 : + 795€échelon 2 : + 667€échelon 3 : + 1128€échelon 4 : + 1146 €
échelon 5 : + 1521€échelon 6 : + 1368€échelon 7 : + 513€échelon 8 et suivants : +0€

Et toujours rien pour les AED et les AESH !


Le fait que cela soit une prime et non une augmentation de traitement a plusieurs conséquences :

  • Cela ne compte pas pour la retraite et n’est pas pris en compte dans le calcul des congés maladie.
  • Une prime n’évolue pas au fil de l’inflation.
  • Une prime peut disparaître comme elle est apparue.

Pour une majorité d’enseignants, la hausse à la rentrée prochaine sera inférieure à 5% sur un an (Voir en ligne AFP Factuel). C’est largement insuffisant et bien moins que les 10% annoncés par le gouvernement !

Le salaire réel des enseignants a baissé de 28 % entre 1982 et 2018 (Bernard Schwengler, agrégé de sciences économiques et sociales, auteur du Salaire des enseignants, la chute (L’Harmattan, 2021)).

Le point d’indice restant gelé, les annonces de revalorisation ne prennent pas non plus en compte l’inflation (+11% entre 2021 et 2023).

Le salaire réel continue donc de baisser : pour 70 % des professeurs, les hausses de 2023 seront inférieures aux pertes de pouvoir d’achat sur un an (Voir en ligne sur LeMonde.fr).

Le pacte :

Il consiste à accepter 1, 2 ou 3 missions rémunérées chacune 1250€ brut par an. Cette rémunération devient part fonctionnelle de l’ISAE / ISOE.

Ce sont les chef-fes d’établissement et les directeurs-ices d’école en lien avec les IEN qui choisiront qui parmi les volontaires effectueront les missions et alloueront les primes, renforçant ainsi la hiérarchie dans les écoles. Les chef-fes d’établissement recevront une prime de 1000€ pour le faire !

Les missions du pacte

 1er degré2nd degré
Tranche de 18hSoutien en 6°Remplacement de courte durée
Tranche de 24 hStage de réussite pendant les vacances, soutien renforcé aux élèves dans les écoles.Devoirs faits, stage de réussite pendant les vacances, soutien renforcé aux élèves dans les écoles.
Forfait annuelCoordination des projets CNR, accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers, coordination du dispositif découverte des métiers dès la 5ème.Coordination des projets CNR, accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers, coordination du dispositif découverte des métiers dès la 5ème.

Pour effectuer une « mission » du forfait annuel, il faut d’abord accepter une « mission » de remplacement de courte durée (2nd degré) ou soutien en 6ème (1er degré).

La rémunération du pacte est conditionnée par l’exercice effectif des missions. Lors d’une absence, il faudra rattraper les heures.

On peut imaginer, tant l’accent est mis sur les rem­placements de courtes de durée par Macron et Ndiaye, qu’en réalité l’essentiel des enveloppes de Pacte sera prévu pour cela (et que donc très peu ira au premier degré).

Le pacte va renforcer les inégalités :

  • Femme / homme : Les femmes, dont le salaire est déjà 13% inférieur à celui des hommes dans l’enseignement verront cet écart s’agrandir encore. Davantage à temps partiel pour s’occuper des enfants ou prodiguer des soins à leurs proches, elles ne peuvent pas effectuer les heures en plus qu’impose le pacte !
  • Personnes non valides / valides : Alors même que le temps partiel de droit n’est pas compensé, il sera plus difficile voire impossible pour les personnels handicapés d’augmenter leur temps de travail. La politique de rémunération au mérite et aux missions et heures supplémentaires est validiste ! Elle vient aggraver les inégalités salariales.
  • 1er degré / 2nd degré : Il est illusoire de penser que les enseignant-es du 1er degré pourront accepter des missions liées au pacte alors que leurs heures de travail et l’organisation de leur semaine ne le permet pas. La majorité des pactes sera absorbé par le 2nd degré et renforcera encore le décrochage salarial entre premier et second degré.

Sud Education revendique :

  • 400 € immédiatement pour toutes et tous !
  • le dégel du point d’indice avec son rattrapage depuis le gel du point d’indice en 2010
  • une refonte des grilles salariales pour réduire les inégalités
  • le paiement à temps plein des temps partiels de droit

Les dernières publications :

https://www.sudeducation.org/wp-content/uploads/2023/05/Retraites-Pacte-appel-intersyndical-31-mai-6-juin.pdf

https://www.sudeducation.org/wp-content/uploads/2023/04/Tract-revalorisation-28042023-1.pdf

https://www.sudeducation.org/socle-quelles-sont-les-mesures-de-carriere-prevues/

A propos de sudeduc69 538 Articles
Mastodon : https://mamot.fr/@sudeduc69