Postes, conditions de travail, moyens… 2012, la pire des rentrées

Communiqué de la fédération SUD éducation du 29 juin 2012
mardi 4 septembre 2012

La rentrée des classes de septembre 2012 est la pire des rentrées parce que 13000 postes supplémentaires sont supprimés. Ces 13000 postes viennent s’ajouter aux 60000 suppressions des 5 années précédentes, alors que la rentrée 2011 s’était déjà faite dans des conditions déplorables. Le gros millier d’enseignant-e-s dont le nouveau gouvernement a annulé la suppression ne peut le masquer. Des classes encore plus nombreuses. Des options et des filières inaccessibles. Des conditions de travail dégradées pour tou-te-s, élèves et personnels.

Et 2012 sera encore une année noire pour les nouvelles enseignantes et les nouveaux enseignants. Les stagiaires seront encore quasiment à plein temps en responsabilité devant les élèves, sans formation professionnelle.

La faute à Sarkozy… mais pas seulement

Bien entendu, cette rentrée est d’abord celle qui a été voulue par Sarkozy/Fillon/Chatel. Mais le gouvernement Hollande/Ayrault/Peillon a choisi de la laisser quasiment telle quelle, en ne proposant que des aménagements à la marge, là où un véritable plan d’urgence était nécessaire…. et assez facilement possible, avec un peu de volonté politique :

- Personne ne nous fera croire qu’il n’était pas possible de recréer immédiatement des milliers de postes, en commençant par titulariser les précaires.

- Après que le Conseil d’État a annulé au 31 juillet 2012 le cahier des charges de la formation des professeurs et des CPE, il était tout à fait possible d’améliorer vraiment les conditions d’entrée dans le métier des stagiaires. Mais Peillon a décidé cet été de publier le cahier des charges préparé par Wauquiez et Chatel, alors que ce projet avait été unanimement condamné par le CNESER (le 19 mars) et par le Conseil supérieur de l’Éducation (le 12 avril).

Demain ça ira mieux ? Ça dépend de nous !

Peillon a justifié l’insuffisance des mesures d’urgence par le lancement d’une grande consultation « pour la refondation de l’école ». Pourtant, comme nous le craignions, l’essentiel des décisions semblent prises avant même que la consultation ait débuté, et aucune rupture avec le démantèlement libéral du service public d’éducation ne s’annonce. [1]

SUD éducation continuera de défendre ses revendications pour une école démocratique, critique et émancipatrice y compris en étant présent dans la concertation. Mais pour le service public d’éducation comme pour l’ensemble des questions qui touchent au monde du travail, un véritable changement dépend avant tout des mobilisations. SUD éducation s’emploiera à les construire et invite les personnels à se réunir dès la rentrée pour débattre des exigences à porter et des moyens à mettre en œuvre pour obtenir satisfaction.


Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Brèves

24 avril - La colère des quartiers populaires est légitime

Tribune unitaire parue dans le Bondy Blog, Médiapart et Regards
Ces derniers jours, l’accident (...)

15 février - Communication contre la réforme des retraites au marché de Villefranche sur saône le 15 février 2010

Communiqué de presse du collectif enseignant·e·s et gilets jaunes du Beaujolais et du (...)

4 février - Motion de la coordination nationale des facs et labos en lutte réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint-Denis

La coordination nationale des facs et labos en lutte réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint- (...)

11 janvier - Apéro repas de soutien pour la caisse de grève de vaulx-en-Velin

Ce samedi 11 janvier à l’Amicale du Futur à partir de 18h30. Les affiches et flyers en pj. Le lien (...)

10 janvier - Communiqué de presse du 10 janvier 2020 du collectif Beaujolais-Val de Saone Blocage du dépôt de car Transdev à Villefranche sur Saône.

Ce vendredi matin 10 Janvier à 5h15 un groupe d’environ 20 personnes s’est réuni au dépôt Transdev (...)