En grève le 4 octobre : relançons la mobilisation !

Communiqué fédéral
samedi 1er octobre 2005

Les 100 jours du gouvernement Villepin ont correspondu à un festival de coups portés aux salariés : Contrat Nouvelle Embauche, mesures fiscales favorables aux couches les plus aisées, remise en cause de la progressivité de l’impôt, sanctions contre les chômeurs, modification des seuils sociaux, poursuite des privatisations et aggravations des attaques contre les services publics. Le pouvoir d’achat des salariés stagne, voire diminue.

En matière de répression, le gouvernement veut aussi frapper vite et fort : lycéens, syndicalistes (enseignants, postiers ...) et militants, faucheurs d’OGM sont traînés devant les tribunaux tout au long des mois de septembre et d‘octobre. Le gouvernement s’acharne également sur les plus démunis : immigrés mal logés, arrestations et expulsions de jeunes sans-papiers scolarisés, rafles et expulsions collectives de sans-papiers par charters !

De la Maternelle à l’Université, l’Education nationale fait elle aussi sa Rentrée sous le signe de la régression et de la précarité :

- 18 000 suppressions de postes d’enseignants sur 4 ans (prévision du budget 2006).

- La décentralisation / privatisation des services d’accueil, d’entretien et de restauration malgré l’opposition de la très grande majorité des collègues.

- Toujours plus de précarité : embauche de 45 000 emplois Vie Scolaire (sans aucune perspective de titularisation) et la mise au chômage de milliers de travailleurs précaires embauchés avant eux (CES, CEC, Emplois Jeunes, vacataires).

- La mise en application de la loi Fillon, là aussi malgré l’opposition massive des personnels.

- L’augmentation du temps de travail des enseignants en leur imposant de remplacer leurs collègues absents tout en programmant la disparition des titulaires remplaçants.

Ces dernières années ont prouvé que gouvernement et patronat sont prêts à tout pour faire passer leurs projets. A leur détermination doit répondre une détermination encore plus forte des salariés.

La grève interprofessionnelle du 4 octobre appelée par tous les syndicats doit clairement montrer au patronat et au gouvernement que les salariés n’acceptent pas leurs choix politiques.

SUD Education appelle les salariés, les chômeurs et les retraités à faire de cette journée un moment exceptionnel de mobilisation vers la grève générale interprofessionnelle qui seule permettra de faire céder le gouvernement.

SUD Education appelle les personnels à participer aux initiatives interprofessionnelles locales.

Saint-Denis, le 29 septembre 2005


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)