« Allez voir dans le privé » !

mardi 13 septembre 2005

VIVE LE SERVICE PUBLIC D’EDUCATION !

Vous souhaitez scolariser votre enfant dans un établissement scolaire public
(En principe, c’est votre droit le plus strict)

Le service public laïc d’éducation vous répond :

« Allez voir dans le privé » !

Le service public d’éducation qui (dans l’esprit) doit accueillir tous les élèves dont les parents souhaitent une scolarisation dans un établissement public « conseille » de plus en plus fréquemment aux familles d’aller voir dans le privé.

Votre enfant doit redoubler, vous déménagez et vous cherchez à inscrire votre ou vos enfants dans un établissement public, votre enfant doit se réorienter, poursuivre ses études dans une formation donnée...ALLEZ VOIR DANS LE PRIVE !

Telle est aujourd’hui la réponse qui est de plus en plus souvent donnée aux familles par les chefs d’établissements de l’enseignement public. C’est intolérable, c’est inadmissible, c’est en totale contradiction avec la mission première de l’école publique qui doit accueillir tous les élèves qui le souhaitent.

Pourquoi de telles réponses, comment en sommes nous arrivés là ?

Pour une raison fort simple ! Il n’y a pas ou plus de place pour votre enfant. Cette situation est une conséquence directe de la politique purement comptable mise en œuvre par le rectorat et les inspections académiques. Ces deux dernières années notamment, ces gestionnaires zélés et dociles ont supprimé massivement « à la hache » des postes d’enseignants, fermé des options, des sections et des classes.pour faire des économies drastiques.

Certes, ce problème n’est pas nouveau. Hier déjà certaines formations, options ou sections de l’enseignement public étaient contingentées (formations au nombre de places limitées). Il s’agissait de toutes les formations professionnelles et de certaines formations rares de lycée.

Ce qui est radicalement nouveau, inadmissible et résolument moderne, c’est qu’aujourd’hui ce problème concerne aussi des formations non contingentées. En fait, potentiellement, toutes les formations même les plus courantes et classiques sont concernées. Dans un établissement donné, le nombre de classes et donc le nombre de places par section est désormais fixé par avance(à priori) et non plus en fonction des décisions d’orientation comme c’était le cas auparavant. Dans les faits actuellement, toutes les formations sont ou tendent à devenir sélectives (contingentées) au gré des suppressions de postes et de classes.

Ce problème affecte particulièrement les élèves qui changent d’établissement, mais il commence à se poser pour des poursuites de formation au sein même d’un établissement.

A travers cette nouvelle façon de gérer l’offre de formation, on voit poindre concrètement les effets de la philosophie incarnée par la mise en œuvre de la LOLF (loi organique sur les lois de finance) Avec cet admirable outil moderne et performant de gestion des finances publiques, il s’agit de : « passer d’une culture de moyens à une culture de résultats ».

Autrement dit, il s’agit de gérer l’éducation comme une entreprise avec des critères de rentabilité, de productivité (on gère les élèves comme des boîtes de conserves, c’est à dire au moindre coût). Les effets (les fameux résultats) sont immédiats ! Classes surchargées, fermetures de formations, d’options, de sections non rentables, refus d’inscriptions... Qu’on se le dise, un bon élève est un élève qui ne coûte pas cher. Imposer la « mal bouffe éducative » à bas prix ! Telle est aujourd’hui pour nos enfants la principale ambition de l’éducation Nationale.

Ces inflexions dommageables du système public de formation posent également un grave problème quant au respect du droit à la laïcité de l’enseignement. Tout élève dont les parents le souhaitent a droit non seulement à un enseignement public, mais également à un enseignement laïc. Ces refus de scolarisation constituent donc une double violation des droits. Aujourd’hui dans ce « meilleur des mondes », tout est devenu possible.

Ainsi, nos instances hiérarchiques peuvent-elles prétendre sans rire que l’enseignement privé sous contrat exerce une mission de service public. Qu’il est également (toujours sans rire) soumis à l’obligation de Laïcité. Bref, qu’il n’y a pas plus public et laïc que le privé .Juré, craché ! De qui se moque t’on ? Notre propension à prendre des vessies pour des lanternes connaît encore quelques limites ! L’enseignement confessionnel est fondamentalement l’antithèse de ces deux principes. En poussant des élèves dans les bras de l’enseignement privé, l’Education Nationale bafoue et nie de fait deux droits fondamentaux des citoyens que nous sommes (et que pour notre part, nous entendons rester).

Les raisons d’une telle attitude et d’un tel discours insoutenable et ubuesque sont là encore assez simples. Le rectorat et les IA gèrent en simultané l’offre de formation (et donc les postes enseignants) du public et du privé sous contrat. Pour ces instances supérieures, l’offre de formation est en quelque sorte globale(public / privé dans l’unité). Une petite différence cependant, mais essentielle ! Un élève du privé coûte moins cher à l’Etat qu’un élève du public.

Certes dans les deux cas, les enseignants sont payés sur les deniers publics (c’est totalement inacceptable ! pourtant, c’est le cas depuis déjà longtemps), mais dans le privé, les postes de surveillants, de secrétariat, d’agents... sont à la charge des parents (et pas de l’Etat. L’éducation Nationale a donc « intérêt » à pousser vers le privé pour de simples et sordides raisons de coûts comparatifs.

L’éducation nationale « roule » pour le privé car c’est son intérêt financier !

Entre offrir aux élèves un enseignement public et laïc de qualité et faire des économies budgétaires drastiques, l’éducation Nationale n’hésite pas une seconde. Elle choisit en toute conscience et par tous les moyens possibles de sacrifier vos enfants sur l’hôtel des économies budgétaires et de la rentabilité, quitte à pousser de plus en plus de familles à s’adresser au privé.
Pauvre service public d’éducation ! Tes jours sont décidément comptés.
SUD EDUCATION DENONCE CES REFUS DE SCOLARISATION DE PLUS EN PLUS NOMBREUX AU SEIN DU RESEAU PUBLIC D’EDUCATION. SUD EDUCATION COMBATTRA DE TOUTES SES FORCES CETTE REMISE EN CAUSE DE LA MISSION PREMIERE DE L’ECOLE PUBLIQUE ET LAÏQUE QUI EST D’ACCUEILLIR TOUS LES
ELEVES QUI LE SOUHAITENT.

SUD EDUCATION N’ACCEPTERA JAMAIS CETTE MARCHANDISATION DE LA FORMATION.

L’école n’est pas une entreprise, l’éducation n’est pas une marchandise, l’élève et ses parents ne sont pas des clients


Agenda

<<

2020

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Brèves

23 janvier 2016 - [sécuritaire] Des portiques de sécurité au lycée

Et on continue. Wauquiez, nouveau président de notre nouvelle région Rhône Alpes Auvergne compte (...)

5 juin 2010 - Choisir ses manuels scolaires : marchands d’armes ou de bananes ?

Il y a peu, j’épluchais les nouveaux manuels de 5e de français. Nouveaux programmes, les manuels (...)